une enfance très sportive (5)

Après ce tour 1967, j’ai commencé à m’intéresser de près au vélo,puis fais conaissance avec Daniel qui suivait le tour également. Avec Jacky, mon copain et voisin, nous allons chez lui, suivre les étapes. Daniel avait ce don d’organiser des épreuves dans beaucoup de sports d’une intelligence au dessus de la moyenne. Tout était planifie (classements,bonifications,etc…), il traçait sur le carrelage un circuit avec des petits coureurs,chacun d’eux portait un dossard et avec 2 dès nous les faisions avancer.Tous les jours, il y avait une étape .Grâce à Daniel, nous avons appris beaucoup de choses,ses capacités auraient dues lui permettre d »intégrer une ecole de journalisme, le sort en décida autrement.
Moi, je faisais de plus en plus de vélo et m’intéressais beaucoup aux courses régionales. Un nom revenait souvent dans la presse, celui des frères Tollet.
Ils ont gagné tout deux le prix René Van dick et beaucoup plus tard un 3 ème tollet gagnait à son tour, il s’agit de guillaume, copain d’école de mon garcon.Ce jour là m’a remué beaucoup de souvenirs. Elle était très attractive cette course dans les années 70, un plateau souvent relevé et du monde à l’arrivée ,sur un parcours exigent.
Je me souviens d’une anecdote qui me revient souvent a l’esprit et me fait encore sourire aujourd’hui. Lors de cette course qui avait lieu a l’occasion de la fête locale, un habitant du village (René Véron) débouche dans le dernier tour avec son vieux vélo et un bouquet d’orties qu’il se frictionna sur les jambes en franchissant la ligne d »arrivee en vainqueur,il fût ovationné et eut droit à son verre de vin, voilà pour l »anecdote.
Par la suite, je sympathisa avec les frères Tollet qui étaient natifs de Roisel et qui s’entraînaient régulièrement dans le secteur, des gens abordables et sympas. Claude passa pro chez Sonolor avec pour directeur sportif Jean Stablinski.En cette annee 1973, il me procura l’un de mes meilleurs souvenirs sportif ,il remporta a Brive une superbe victoire d »etape dans le Tour de france. J’étais vraiment fier de lui. Avant qu’il ne parte sur le tour j’avais pris mon vélo et m’était rendu chez lui, à tincourt-boucly pour lui demander une photo dédicacée. Il m’a reçu avec sympathie et m’a fait patienter avant de revenir avec un maillot sonolor.Quelle joie pour moi !!! Je l’ai toujours d’ailleurs… J’ai ensuite fait connaissance de son frère Alain. J’avais appris dans le journal qu’il avait chuté lourdement, il était salement amoché .Jai donc pris mon vélo et suis parti à Roisel lui rendre visite à la maison de ses parents. Ce jour là, il m’a dit :
« quand je serai rétabli, si tu veux tu viendras avec moi sur les courses ». C »est comme cela que j »assista à plusieurs courses, notamment dans le Nord où il affrontait les meilleurs coureurs de la region (Delaurier,Sobota ,Deleuil, Bleuze etc). il était semi-professionnel et sponsorisé par Meral (maillot bleu ciel). Il possédait un gros potentiel et avez du coffre ! Il partait souvent de loin dans un bon jour, les autres ne le revoyaient plus. Un jour, avant de partir sur une course, mon Père lui répara même une cale à la chaussure (c’était le bon temps…) Plus tard, par l’intermédiaire de mon fils, j’ai fait connaissance avec l’un des fils d’Alain, Guillaume, et comme évoqué précédemment, je l’ai vu triompher à Moislains comme son père et son oncle. En plus, un garçon charmant ! le petit dernier s’appelle Axel il devrait normalement faire son trou comme ces prédécesseurs(une famille vraiment sympa), à suivre …

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»